bloquer

bloquer [ blɔke ] v. tr. <conjug. : 1>
XVe; de bloc
I
1Réunir, mettre en bloc. grouper, 1. masser, réunir. Bloquer deux paragraphes. Bloquer les jours de congé. Vote bloqué : procédure parlementaire par laquelle l'assemblée est contrainte d'accepter ou de refuser en bloc les articles d'un projet de loi proposé par le gouvernement.
2Archit. Garnir de blocage.
II
1Investir, fermer par un blocus. cerner, investir. Bloquer une ville. assiéger.
2Par ext. Empêcher de se mouvoir. coincer, immobiliser. Bloquer une porte; bloquer des roues. 2. caler. Freins qui se bloquent. Navire bloqué par les glaces. paralyser. La locomotive « refusait d'avancer, elle était bloquée de toutes parts, collée au sol, inerte, sourde » (Zola). Bloquer le ballon (football 1. stopper ), la bille (billard). (Personnes) Nous avons été bloqués dans un embouteillage.
Électron. Arrêter le passage du courant dans (un circuit). Bloquer une diode, un transistor.
Fig. Bloquer un compte en banque ( saisie[-arrêt]) . Compte bloqué : somme d'argent déposée en banque, sans possibilité de retrait, pour un temps déterminé, et pour laquelle sont versés des intérêts. — Bloquer les prix, les salaires, en interdire l'augmentation. ⇒ geler.
3Par ext. Boucher, obstruer. Bloquer le passage. La route est bloquée. « Les chantiers du métro achevaient de bloquer les carrefours » (Romains).
Perturber en inhibant. Son échec l'a complètement bloqué. Être bloqué (dans ses réactions) :être arrêté, perturbé par une cause inconsciente. ⇒ blocage (2o).
Pass. et p. p. (Être) incapable de fonctionner, momentanément. Articulation bloquée. blocage (3o).
4Région. (Belgique) Fam. 2. bûcher, potasser. Il bloque sa physique.
5Région. (Canada) Bloquer (un examen). coller, échouer.
⊗ CONTR. Répartir, séparer. Débloquer, dégager.

bloquer verbe transitif (de bloc) Réunir, grouper en un ensemble des éléments distincts : Bloquer ses heures de cours sur trois jours. Empêcher quelque chose de se mouvoir, de bouger, de fonctionner : Bloquer une persienne qui bat. Empêcher quelqu'un, un véhicule d'avancer, l'arrêter : Un accident nous a bloqués sur la route. Rendre impraticables une voie, un accès : La neige a bloqué la route du col. Requérir entièrement quelqu'un, le rendre indisponible, l'immobiliser : La grippe l'a bloqué une semaine chez lui. Empêcher quelqu'un de poursuivre l'action en cours : Les réticences des témoins bloquent les enquêteurs. Affecter quelqu'un d'un blocage psychologique. Empêcher une action, une situation de progresser, d'évoluer vers son terme : Cette exigence a bloqué les négociations. Serrer au maximum quelque chose : Bloquer un écrou. Arrêter une balle dans sa course en l'attrapant, l'immobiliser. Empêcher l'utilisation de fonds, d'argent : La banque a bloqué son compte courant. Interdire la hausse d'un prix, d'un salaire, etc. : Bloquer les loyers. Familier. En Belgique, bûcher, potasser. Bâtiment Remplir ou maçonner avec du blocage. Chimie Procéder au blocage d'un groupement fonctionnel. Métallurgie Solidifier un lingot d'acier suivant le procédé de blocage. ● bloquer (homonymes) verbe transitif (de bloc)bloquer (synonymes) verbe transitif (de bloc) Réunir, grouper en un ensemble des éléments distincts
Synonymes :
- réunir
Empêcher quelque chose de se mouvoir, de bouger, de fonctionner
Synonymes :
Contraires :
- débloquer
Rendre impraticables une voie, un accès
Synonymes :
Contraires :
- dégager
Empêcher une action, une situation de progresser, d'évoluer vers son...
Contraires :
- débloquer
Serrer au maximum quelque chose
Contraires :
- débloquer
Interdire la hausse d'un prix, d'un salaire, etc.
Synonymes :

bloquer
v. tr.
d1./d Mettre en bloc. Il a bloqué ses jours de congé pour partir en vacances.
d2./d Fermer par un blocus. Bloquer un port.
d3./d Empêcher de bouger. Bloquer un écrou.
d4./d SPORT Bloquer le ballon, l'arrêter net.
d5./d Fig. Empêcher, interdire (une augmentation). Bloquer les salaires.
Empêcher le fonctionnement de. Bloquer un compte en banque.
Pp. adj. Avoir les reins bloqués. Compte bloqué.
d6./d Par ext. Obstruer. Route bloquée.
d7./d (Afr. subsah., Belgique) Arg. (des écoles) Potasser, bûcher.

I.
⇒BLOQUER1, verbe trans.
A.— [Correspond à bloc1] Réunir en bloc, mettre ensemble :
1. Debout près d'une sorte de gérant, le garçon chauve, bon liquidateur, institua un compte rapide, bloquant les deux notes, pour plus de sûreté dans le recouvrement :
— Ce monsieur et vous deux, avez consommé quarante-quatre francs vingt-cinq.
MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 327.
Au fig. Grouper :
2. Moi qui ai fait, et jusque dans les zones les plus profanes, la part si immense à l'influx de grâce, voici que dans l'événement capital de ma vie je me refuse à lui en accorder aucune. Le paradoxe est si fort, si monstrueux que j'imagine que cela ne peut être que parce que, en ce paradoxe seul, sont bloquées en faisceaux toutes mes autres résistances, ...
DU BOS, Journal, 1927, p. 240.
P. ext. [Bloquer est suivi d'un compl. déterminatif souvent introd. par sur] Réunir en un point. Synon. concentrer :
3. Contre l'élan qui soulevait Raboliot, Bourrel bloquait son vouloir et sa force, ses rancunes amoncelées, son uniforme, ses tribunaux et sa prison.
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 316.
4. ... il est obligé de bloquer toutes ses objections concernant mon livre sur le seul thème pédérastique...
DU BOS, Journal, 1928, p. 169.
Spécialement
1. ARTILL. Bloquer la culasse (cf. DORGELÈS, Les Croix de bois, 1919, p. 277).
2. IMPRIMERIE
a) ,,Mettre à dessein, dans une composition typographique, une lettre renversée ou retournée à la place de celle qui devrait y être, mais qui manque dans la casse`` (Éd. 1913).
b) ,,Remplacer un article, un titre ou un cliché qui ne sont pas encore prêts, par un bloc de plomb de mêmes dimensions pour pouvoir continuer à monter la page`` (VOYENNE 1967).
3. MAÇONN. ,,Maçonner ou remplir en blocage`` (BARB.-CAD. 1963). Mettre en guise de blocage.
B.— [Correspond à bloc2] Arrêter, immobiliser.
1. Serrer à bloc, ne pas laisser de jeu. Bloquer une pièce (R. CHAMPLY, Nouv. encyclop. pratique, t. 2, 1927, p. 209).
Spéc. Bloquer les freins ou absol. bloquer. Synon. freiner à fond :
5. J'accélère à fond, j'embraye, je braye, je débraye, je vire au frein, je bloque, je lâche tout et je passe de justesse.
AYMÉ, Travelingue, 1941, p. 214.
P. ext. Bloquer un attelage :
6. Le conducteur de la voiture bloqua les deux mules d'un coup de rênes.
GIONO, Le Grand troupeau, 1931, p. 101.
2. P. ext. et fig.
a) Barrer, boucher, obstruer.
Bloquer la route, un carrefour. Empêcher la circulation dans/sur :
7. Les chantiers du métro, qui se dressaient un peu partout comme des forteresses de terre glaise et de planches, armées d'une artillerie de grues, achevaient d'étrangler les rues, de bloquer les carrefours.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Le 6 octobre 1932, p. 30.
Bloquer la bouche de qqn. La fermer (afin d'empêcher les cris, etc.). [En parlant de l'émotion, etc.] Bloquer la gorge. Étrangler, nouer la gorge (de sorte qu'aucun son ne peut plus en sortir) l' émotion lui bloqua la gorge, (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 295).
b) Arrêter, immobiliser.
[Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr. (un mécanisme, un organe, etc.) ou abstr.] Entraver la marche, le bon fonctionnement de :
8. Le premier choc, impossible à prévoir, ni à parer, de telle pensée tout à coup surgie, en apparence inoffensive, mais qui ne quittait plus le champ de la conscience, refusait de passer, arrêtait net le déroulement des idées et des images, ainsi qu'un corps étranger bloque un rouage délicat...
BERNANOS, L'Imposture, 1927, p. 452.
9. L'arrêt se prolonge. La colonne paraît sérieusement bloquée. Même les trains d'artillerie, sur la gauche, sont immobilisés.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 750.
MÉD. Bloquer le cœur (cf. J. GODLEWSKI [F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 8, 1920-24, p. 366]).
Spéc. Bloquer le crédit. En empêcher la libre disposition. Bloquer les salaires, les prix. En empêcher l'augmentation :
10. ... bloquer à la fois les avoirs, les billets, les salaires et les prix, ce serait faire sauter la chaudière. Cela impliquerait d'écrasantes contraintes, dont on voit mal comment les supporterait des secousses sociales incompatibles avec la nécessité de ranimer la production et de réparer les ruines; ...
DE GAULLE, Mémoires de guerre, L'Unité, 1956, p. 180.
Fam., SP. (boxe). [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Empêcher de se mouvoir. Bloquer qqn à terre (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 528) :
11. ... ayant esquivé les coups de l'adversaire, il le bloque et le travaille de près...
Sports, boxe, 1926.
Spéc., PSYCHOL. Bloquer sa vie ou sa pensée sur un point. Arrêter l'épanouissement de sa vie ou de sa pensée en la concentrant sur un seul point à l'exclusion de tout autre :
12. L'égocentrisme bloque la vie du moi sur l'image du moi, une image figée, déjà morte, privée de la mise en perspective continuelle qu'opèrent le contact d'autrui et la référence aux valeurs supérieures; nous ne pouvons nous empêcher d'être sourdement irrités par cette immobilisation contrainte, ...
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 688.
c) Emplois techn.
CHASSE. [En parlant du chien de chasse] Fixer, fasciner le gibier jusqu'à ce que le chasseur soit en position pour le tirer à l'envol ou au démarrage (d'apr. BURN. 1970).
Cour., fam. [En parlant du chasseur] Arrêter le gibier dans sa fuite d'un coup de fusil :
13. C'était de ce côté que les lapins étaient le plus nombreux; vers les broussailles de la lisière, ils traînaient des fuites gauches, risquaient d'infirmes évasions. Les plombs de Raboliot les bloquaient presque tous, ...
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 256.
CH. DE FER. Bloquer un train. ,,L'arrêter au moyen de signaux, l'empêcher de continuer sa route`` (Ac. 1932). Bloquer la voie, une section (Ch. BRICKA, Cours de chemins de fer, t. 2, 1894, p. 177).
CHIM. (Cf. M. BARIÉTY, Ch. COURY, Hist. de la méd., 1963, p. 752 et Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 746).
JEUX, absol. :
14. J'ai compris que t'en avais dans l'aile et j'ai bloqué à deux cent mille, sans quoi tu lui rabattais encore cent billets.
AYMÉ, La Tête des autres, 1952, p. 150.
Billard. ,,Pousser droit une bille dans une des blouses`` (Mots rares 1965). Bloquer la boule (MONTHERLANT, Les Olympiques, 1924, p. 242).
SP. Bloquer le ballon, une passe; bloquer un coup, une attaque (boxe) :
15. Peyrony se lève, comme mû par un ressort, et s'élance. Il arrête le ballon dans la cavité du ventre rentré, tout le corps se creusant pour envelopper, maîtriser l'objet. Puis il le bloque avec la semelle, dans l'attitude de David posant un pied sur la tête de Goliath.
MONTHERLANT, Les Olympiques, 1924, p. 292.
Absol. Bloquer pour bloquer le ballon. Bloquer au corps (A.-O. GRUBB, French sports neologisms, 1937, p. 20).
P. ext., fam. Arrêter dans sa trajectoire un objet quelconque :
16. Elle [la Méhoule] trébucha sur un escabeau et, en s'écroulant, eut la vision de Finocle qui traversait la cuisine en trois enjambées, bloquait avec une incroyable précision la bouteille et le soulier, au milieu de leurs funestes trajectoires.
AYMÉ, La Rue sans nom, 1930, p. 30.
d) Emploi pronom. Se bloquer. Synon. s'arrêter, s'immobiliser (sur/contre), se coincer :
17. La femme lâcha la bouteille qui roula sur le plancher avec un bruit boiteux sans toutefois se fêler, buta contre un pied de table, s'y bloqua et se tut.
A. ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 48.
P. compar. et p. métaph. :
18. ... on eût juré que Jacques, tout à coup, éprouvait le besoin d'expulser de lui quelque harassant secret; sa bouche remuait, il semblait au bord même de l'aveu; puis, soudain, comme si les paroles se bloquaient dans sa gorge, il stoppait net.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Sorellina, 1928, p. 1226.
19. Je me demande même si l'énorme machine militaire ne se bloquera pas dès les premiers tours de roue.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Le 6 octobre, 1932, p. 114.
[En parlant d'un cheval] :
20. ... devant la rivière, elle refusa, le mauvais refus, l'arrêt brutal, (...). Il la ramena trois fois à l'éperon, à la cravache, et quand la bête se bloquait, il la châtiait rudement.
VERCEL, Capitaine Conan, 1934, p. 184.
Au fig. :
21. Manouche vit son visage [de Roger] de nouveau se fermer, se bloquer (...). La tristesse, la pitié remontèrent, une longue vague molle qui l'envahit toute.
GENEVOIX, Les Mains vides, 1928, p. 168.
C.— [Fréquemment au passif] Investir par un blocus, faire le blocus (d'une ville, d'un port, d'une position occupée par l'ennemi) :
22. Vous savez qu'au commencement de la guerre de 1870 je fus enfermé dans Bézières, que ce nègre appelle Bézi. Nous n'étions point assiégés, mais bloqués. Les lignes prussiennes nous entouraient de partout, hors de portée des canons, ne tirant pas non plus sur nous, mais nous affamant peu à peu.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Tombouctou, 1883, p. 220.
Bloquer une flotte, une armée, etc. Empêcher le passage de :
23. Don Pèdre, pour bloquer plus étroitement la flotte aragonaise, fit couler dans le chenal trois de ses navires.
MÉRIMÉE, Histoire de Don Pèdre Ier, roi de Castille, 1848, p. 386.
P. ext. Synon. cerner, encercler, enfermer :
24. Je vous écris, Mademoiselle du Mont-Saint-Michel (...). En ce moment, je suis bloqué par la mer qui entoure le mont.
HUGO, Correspondance, 1836, p. 549.
25. Ce n'étaient pas les hôtels qui manquaient : ils bloquaient la gare, de tous côtés; ...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 644.
P. métaph. :
26. Le 26. — Mon âme se contracte et se roule sur elle-même comme une feuille que le froid a touchée; (...). Me voilà circonscrit et bloqué jusqu'à ce que ma pensée, gonflée par une nouvelle inondation, surmonte la digue et s'étende librement sur toutes ses rives.
M. DE GUÉRIN, Journal intime, 1834, p. 217.
Arg. [surtout au passif] Mettre au bloc :
27. [Le tailleur aura contrevenu au blocus continental.] Le fils. Le blocus continental! qu'est-ce que ça veut dire papa...? (...). Le père. Ça veut dire que le tailleur va pt'être bien être bloqué [= mis au bloc].
F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 2, 1828-29, p. 238.
Rem. Les dict. d'arg. donnent un verbe bloquir(e) « vendre (des objets volés) » (cf. F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 2, 1828-29, p. 227 et Les Vrais mystères de Paris, t. 4, 1844, p. 16).
Prononc. :[], (je) bloque []. Enq. :/blok/ (il) bloque.
Étymol. ET HIST. — 1. Ca 1450 « consolider avec de la pierraille » (GREBAN, Myst. de la Pass., éd. G. Paris, 24847); XVIe s. fauconn. « planer au-dessus de la perdrix (du faucon) » (Jodelle d'apr. FEW t. 15, 1, p. 165b); 1680 impr. (RICH.); 2. début XVIIe s. « investir une place par un blocus » (D'AUB., Hist. I, 282 dans LITTRÉ); début XVIIe s. « enfermer qqn par un blocus » (ID., ibid., II, 300, ibid.).
1 dér. de bloc1 étymol. 2 « amas de choses matérielles considérées comme faisant un tout » en partic. 1437 maçonn. (Comptes Manoir Rouen, 165 dans IGLF Techn.); 2 avec infl. de blocus; dés. -er.
STAT. — Fréq. abs. littér. :180.
BBG. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 12.
II.
⇒BLOQUER2, verbe trans.
Arg. étudiant, belgicisme. Étudier en prévision des examens. Bloquer une matière (d'examen) :
... Comment donc aller à ton cours?
Tu voudrais donc que l'on s'échine
À bloquer par cœur tes machines
Dès les huit heures chaque jour.
R. BIDUS, Péchés de jeunesse, Ballade à un prof., Liège, 1911, pièce n° XVI.
Étymol. — Du néerl. blokken « travailler assidûment, piocher ».
DÉR. 1. Bloque, subst. fém. Préparation intensive des examens universitaires. La période de la bloque (J. GRAULS dans B. de la Comm. roy. de Toponymie et Dialectologie, Bruxelles, t. 8, 1934, p. 99). []. Déverbal de bloquer2. 2. Bloqueur, subst. masc. Étudiant acharné à l'étude. Les bloqueurs hantés par la frousse de l'examen (Demain l'Université, Gembloux, Duculot, 1969, p. 7). Dér. de bloquer2, suff. -eur2.
BBG. — HANSE 1949.

1. bloquer [blɔke] v. tr.
ÉTYM. V. 1450; de bloc.
———
I
1 Réunir, mettre en bloc. Grouper, masser, réunir.REM. Semble inusité en emploi concret. — Bloquer plusieurs idées en une phrase. || Bloquer deux paragraphes.Spécialt. P. p. || Vote bloqué : procédure parlementaire par laquelle l'assemblée est contrainte d'accepter ou de refuser en bloc les articles d'un projet de loi proposé par le gouvernement.
2 Archit. Garnir de blocage.Typogr. || Bloquer une lettre. Blocage (I., 2.).
———
II
1 (Déb. XVIIe). Investir, fermer par un blocus. Cerner, investir. || Bloquer un port, une ville. Siège (mettre le siège).Passif et p. p. :
1 Ratopolis était bloquée :
On les avait contraints de partir sans argent (…)
La Fontaine, Fables, VII, 3.
2 Bloqués par les vaisseaux anglais (…)
Saint-Simon, Mémoires, I, 302.
2 Empêcher de se mouvoir, de passer. Arrêter, coincer, immobiliser. || Bloquer qqn, le retenir avec insistance. || Navire bloqué par les glaces. Immobiliser.
3 Arrivés des premiers, nous étions tout en haut de l'estrade; bloqués par douze rangs de foule et maintenus en place jusqu'à la fin (…)
Gide, Journal, 17 févr. 1912.
4 Déporté vers la droite, il se trouva bloqué contre les maisons (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 63.
4.1 (…) elle aussi travaillait dans un bureau. Le sous-chef la bloquait tout le temps dans les petits coins et le chef faisait de même. À peine sortie de leurs mains, elle passait à celles du métro.
R. Queneau, le Chiendent, p. 10.
Bloquer une porte. || Bloquer les roues. || Bloquer un moteur. Caler. || Bloquer les freins. Bloc (serrer à bloc), freiner.
4.2 Puis il court aux deux autres portes, successivement, sans plus de succès : toutes les trois sont bloquées hermétiquement.
A. Robbe-Grillet, Projet pour une révolution à New York, p. 136.
Techn. || Bloquer un train, l'arrêter au moyen des signaux appropriés.Bloquer la voie. → Block-system.
Jeu de billard (vx). Immobiliser la bille de son adversaire contre la bande.
Alpin. Tendre (la corde) pour soutenir le grimpeur.Boxe et lutte. Empêcher (l'adversaire) de se mouvoir.(1905, in Petiot). Football, basket… || Bloquer le ballon. Blocage, II.
4.3 Le remplaçant bloqua sa balle, la passa à son avant centre.
René Fallet, le Triporteur, p. 375.
3 (Abstrait). || Bloquer le (un) crédit : suspendre les opérations de crédit. || Bloquer les crédits. || Bloquer un compte en banque. Geler.P. p. || Compte bloqué : somme d'argent déposée en banque, sans possibilité de retrait, pour un temps déterminé et pour laquelle sont versés des intérêts.Bloquer les prix, les salaires, en interdire l'augmentation.
4.4 Sans doute les Français auraient-ils consacré (…) une part plus forte de leur revenu, jadis, à leur habitation urbaine, si les salaires n'avaient pas été si misérablement bas et surtout si les pouvoirs publics n'avaient pas pratiquement bloqué les prix des loyers pendant quarante ans et ainsi détourné les capitaux de s'investir dans la construction.
Jean Ferniot, Pierrot et Aline, p. 276.
4 Boucher, obstruer. || Bloquer le passage. Barrer. || La route est bloquée. Embouteiller. || « Les chantiers (cit. 2) du métro achevaient de bloquer les carrefours ».
5 Psychol., psychan. (surtout au passif et p. p.). || Être bloqué : être arrêté (dans ses réactions) par une cause perturbante qu'on ignore. Blocage. || Son échec l'a bloqué.Au p. p. || Sujet bloqué par le jeu des défenses dans une cure psychanalytique.
4.5 La cure psychanalytique s'adresse à des sujets bloqués dans leurs facultés d'aimer ou de coopérer, c'est-à-dire de communiquer, c'est-à-dire encore de vivre avec les autres (…)
A. Amar, le Praticien et le Philosophe, p. 14, in la Nef, no 31.
Nom :
4.6 (…) les refoulés, les complexés, les inhibés, les « bloqués », tous ceux qu'intoxiquent les poisons que chacun secrète en son for intérieur, toutes les victimes de la pollution intime (…)
Jean-Louis Bory, Ma moitié d'orange, p. 78.
6 Régional (Canada). || Bloquer (un examen). Coller, échouer.
——————
se bloquer v. pron.
S'immobiliser. || Moteur, mécanisme qui se bloque. Coincer (se).
5 (…) il semblait au bord même de l'aveu; puis soudain, comme si les paroles se bloquaient dans sa gorge, il stoppait net.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 85.
6 (…) quelque chose s'était bloqué, il y avait eu une panne, il fallait attendre que ça revienne.
Sartre, les Chemins de la liberté, t. I, p. 228.
7 Il se tut. Les mots se bloquaient dans sa gorge.
H. Troyat, la Tête sur les épaules, p. 119.
(Sujet n. de personne). S'arrêter.
8 Je me bloque et regarde ce fakir, presque nu, s'avancer, regarder l'animal, caresser la tête du reptile, les yeux rivés à lui.
Fernand Fournier-Aubry, Don Fernando, p. 408.
——————
bloqué, ée p. p. adj.
(→ ci-dessus I., 1. : vote bloqué; II., 2.; 3. : compte bloqué; 5.).
CONTR. Débloquer. — (Du sens I) Diviser, morceler, séparer, sérier. — (Du sens II) Défendre; déclencher, dégager, dépanner, desserrer, remettre (en marche), reprendre (sa marche). — Marcher, repartir.
DÉR. Blocage, bloquette, bloqueur. — V. Bloquet.
COMP. Abloquer, débloquer; alpha-bloquant, bêta-bloquant; autobloquant; 1. bloqueur.
————————
2. bloquer [blɔke] v. tr.
ÉTYM. 1911, attesté; néerl. blokhen « travailler durement ».
Régional (Belgique). Étudier assidûment pour les examens. Bûcher, potasser.
0 En novembre (…) on n'aura plus que quelques heures de cours communs. Ça ne te fait rien, à toi, de te dire que c'est le dernier après-midi que nous bloquons ensemble ?
Marcel Thiry, Simul et autres cas, p. 54 (1963).
DÉR. Bloque, 2. bloqueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bloquer — BLOQUER. v. act. Il n est guère d usage que dans ces phrases, Bloquer une Place, bloquer un Camp fortifié, qui signifie, Occuper avec des troupes toutes les avenues d une Place, d un Camp.Bloquer, en termes de Maçonnerie, signifie, Remplir de… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bloquer — BLOQUER. v. a. Investir, occuper toutes les avenuës. Bloquer une place. cette ville n est pas encore assiegée, mais elle est bloquée …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bloquer — Bloquer, C est serrer et arrester un marché de quelque chose avec quelqu un …   Thresor de la langue françoyse

  • BLOQUER — v. a. Occuper avec des troupes toutes les avenues d une place, d un camp, ou, avec des vaisseaux, toutes les approches d un port, de manière qu il n y puisse entrer aucun secours d hommes ni de vivres. Bloquer une place, un camp fortifié. Bloquer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • bloquer — (blo ké) v. a. 1°   Fermer par un blocus les avenues d une place, les approches d un port, etc. Bloquer une place, un port. •   Mais ils n en eurent pas sitôt fermé les portes Qu on vit pour le bloquer avancer tes cohortes, MAIR. M. d Asdrubal, I …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bloquer — vt. , serrer /// coincer bloquer fortement : BLyOKÂ (Villards Thônes, Table.290 | Albanais.001), C. bl(y)ôke (290 | 001). E. : Mordre. A1) bloquer, gripper, (un mécanisme, une lame de faucheuse avec du foin trop mouillé, un battoir de batteuse en …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • BLOQUER — v. tr. Réunir en bloc. Supprimer un alinéa et bloquer les deux paragraphes. Il signifie spécialement, en termes d’Architecture, Garnir d’une maçonnerie de pierres brutes noyées dans du mortier l’entre deux des parements d’un mur, l’intérieur… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bloquer — v.t. Recevoir, encaisser : Bloquer une pèche …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Bloquer — Blocage Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • bloquer — Abandonner …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.